Entre Les Lignes

Les effets pervers du principe de précaution

La catastrophe de l'Airbus en France montre qu'en tout, le mieux est l'ennemi du bien

Jean Rebuffat

Il s'est déjà passé que des pirates de l'air prennent le contrôle des cockpits et expédient des avions dans des objectifs meurtriers comme le 11 septembre.

Simple : on va fermer la porte correctement, ça n'arrivera plus. Il s'est dĂ©jĂ  passĂ© que des pilotes dĂ©pressifs balancent leur avion dans le dĂ©cor. Ah, si l'on avait pu ouvrir la porte... L'avion de Germanwings ne se serait pas Ă©crasĂ© dans les Alpes.
La parade Ă©tait pourtant simple : ne jamais laisser une personne seule aux commandes. C'est l'horreur absolue, en quelque sorte, la volontĂ© d'autodestruction d'un pilote qui pendant plus de huit minutes laisse l'avion aller jusqu'Ă  la catastrophe hĂ©bĂ©tĂ© par son geste, silencieux, impassible face aux appels du commandant qui, lui, avait tout de suite compris...

On l'imagine au retour vers le poste de pilotage, la vessie allĂ©gĂ©e. Tiens, Andreas ne rĂ©pond pas... Vite, la procĂ©dure d'urgence !... DĂ©chirĂ© sans doute lui-mĂŞme entre la nĂ©cessitĂ© de l'apparence du calme (ne pas affoler les passagers, cela va s'arranger, c'est impossible autrement) et celle de l'action (il faut que j'entre lĂ  dedans!), le capitaine a sans doute espĂ©rĂ© longtemps que ce cauchemar allait finir. Jusqu'aux hurlements de terreur des passagers quand ils ont vu, quelques instants avant leur mort, la montagne sur laquelle ils allaient s'Ă©craser comme des mouches sur un pare-brise...

Une classe d'ados. Des gens qui avaient passé quelques jours de vacances. Des mères avec des bébés. Un petit monde rayé par la volonté d'un seul être dont on apprend qu'il n'allait pas bien, merci...

Les catastrophes aériennes Capture d'écran

Capture d'Ă©cran

Comment ne pas voir qu'en voulant Ă©viter d'improbables catastrophes, on en permettait d'autres ? La psychose sĂ©curitaire est telle que personne ne s'aperçoit de l'inefficacitĂ© des mesures prises. Charlie Ă©tait protĂ©gĂ©, non ?

Me revient en mémoire cette phrase incidente dans les mémoires de Spandau d'Albert Speer, l'architecte d'Hitler devenu ministre de l'armement pendant la guerre. Il souligne qu'en éparpillant de manière inutile des défenses antiaériennes, ce qui demanda des moyens considérables, l'Allemagne nazie s'est privée d'une plus grande efficience dans la riposte... Rassurer les gens n'est décidément pas les protéger, quel que soit le régime.

 

AddThis Social Bookmark Button
 

Pourquoi faire un don?

Infolettre

Amis du Monde Diplo.

A lire

left direction
Ils ont voté le Brexit !
var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : 'facebook,twi...
Le monde bouge. Nous aussi.
Pour un site qui se veut le chantre d'un monde plus libre, plus Ă©gal et plus fraternel, l...
France et Belgique sous l'orage et la grève
Pour des raisons familiales, j'ai dĂ» faire un saut de Bruxelles Ă  Montpellier. DĂ©part m...
Que se passe-t-il dans les prisons...?
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Paul Trigalet, le chevalier des précaires
Bernard Ide publie la biographie du prêtre-ouvrier carolo, militant du logement, qui s’...
Le « mur de l’eau »
Nous avons été inondés, voire même submergés par trop d’eau. Et pourtant, ces désa...
Kant Ă  l'info...
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
La convalescence du commissaire...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Complètement noyé
L'actualité, finalement, c'est comme une crue : on la voit arriver, on constate les dég...
Laconismes
Devenez lanceur d’alerte sans diplôme Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Un archéolog...
D’Est en Ouest : Café Society
Cinéma Lucie Van de Walle Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Alle...
Piano & vélo
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Malte, refuge ou impasse ?
Sur une île minuscule et belle, des demandeurs d’asile somaliens rêvent d’une Europe...
Laconismes
La vérité ? Ça doit sortir sous peu. Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Ô temps, ô m...
Roger Job et Frédéric Loore au Musée de la Photo
Avec les deux reporters qui ont accompagné les flics des stups de Charleroi pendant cinq ...
Rompez
Anne-Catherine Van Santen var addthis_config = {username : 'entreleslignes', servi...
Scène de rue à Bruxelles...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Acte 3, fin
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 2
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 1
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
right direction

Nous parrainons

Bruxelles Bondy Blog

Pour.Press

POUR

Sondage

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde est une phrase
 

Photos, au hasard ...

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter
You are here: Accueil Toutes les publications Jean Rebuffat - Emois et moi Les effets pervers du principe de précaution

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt