Entre Les Lignes

Le danger, c'est casser nos sociétés

Le FN est certes battu mais l'islamophobie guette et sert l'extrĂŞme-droite

Jean Rebuffat

On ne va pas bouder son plaisir: c'est bien un sursaut républicain qui a empêché un partie d'extrême-droite de s'emparer d'une ou de plusieurs régions en France. Peu importe finalement si (comme c'est mon sentiment) ce sursaut est surtout celui de la gauche et si une partie de la droite dite classique a manifesté une attitude désolante: le barrage a été efficace. Mais si c'est une résistible ascension, l'éviter n'est pas gagné car la ligne de fracture est visible à l’œil nu.

Capture d'écran du compte Twitter de Marine Le Pen. Provoquer, c'est aussi une manière d'insinuer qu'il n'y a pas d'autre choix, si l'on veut lutter contre Daesh, que rejoindre les pseudo-civilisés contre les barbares.

Capture d'écran du compte Twitter de Marine Le Pen. Provoquer, c'est aussi une manière d'insinuer qu'il n'y a pas d'autre choix, si l'on veut lutter contre Daesh, que rejoindre les pseudo-civilisés contre les barbares.

Son symptôme le plus évident est l'islamophobie profonde qui touche les sociétés occidentales. Attention: je vais émettre un préalable pour que l'on comprenne bien mon propos. Je défends une conception de la laïcité à la française. La religion est chose de la sphère privée. Pour ma part, comme pour la désormais majorité parmi quelques peuples ouest-européens, je me passe fort bien de toute religion et je n'en aime aucune. Je pense que l'évolution de la pensée humaine se dirige à terme vers un athéisme tranquille dont nous sommes en quelque sorte les signes avant-coureurs et que cette évolution, malgré certaines apparences, ne prendra plus très longtemps à l'échelle de l'humanité, mais cependant trop à l'échelle de ma propre vie.

Je respecte toutes les croyances qui ne s'expriment pas dans le domaine public et le fait qu'il y ait des lieux de culte ne me dérange pas; ce qui me dérange, c'est la voie concordataire, qui fait rétribuer par les citoyens les ministres des cultes.

Je ne suis pas plus dérangé dans l'espace public par la vision d'un curé, d'un juif orthodoxe ou d'une femme voilée. Je les plains, humainement, mais je n'aurais pas l'idée de les agresser, même verbalement. Or les actes islamophobes, la parole islamophobe et toute une série de comportements d'exclusion, depuis le délit de sale gueule jusqu'aux politiques d'embauche, cela constitue une condition pour que la ligne de fracture ne soit plus en pointillé.

Cet état de fait va très bien tant à Daesh qu'à l'extrême-droite. Les rejets réciproques ne profitent qu'à ceux dont le fond de commerce est précisément pire que le repli sur soi, le militantisme d'exclusion, l'esprit de croisade ou de djihad (lequel, soit dit en passant, est exactement le même). La confusion arabe-terroriste, qui existe déjà dans l'inconscient collectif depuis le début du siècle, est aussi abjecte que l'antisémitisme qui suinte de l'islamophilie à rebours et qui pousse à trouver sinon normal du moins logique l'attentat au musée juif de Bruxelles, parallèlement d'ailleurs à ce sentiment que les gars de Charlie faisaient de la provocation et l'avaient bien cherché. Eh bien, plus il y aura des zélateurs de l'exclusion et des adorateurs de cette revanche sanglante dont nous souffrons, mieux se porteront ceux qui veulent toujours plus de murs et plus de Dieu - sans compter, ici encore, la tentation myope d'opposer des valeurs dites chrétiennes à un islam supposé intolérant. Comme si la chrétienté était synonyme des droits de l'homme et de tolérance, notions que la papauté a combattu tant qu'elle pouvait et qu'elle fait mine désormais de défendre.

La solution, dans nos sociétés, ce n'est ni Marine Le Pen ni Donald Trump; c'est effectivement un projet démocrate où les valeurs si bien résumées par la trilogie liberté-égalité-fraternité prennent non seulement leur valeur propre mais aussi leur valeur conjuguée. Car restreindre l'une de ces trois valeurs, qu'il s'agisse de la liberté (et on voit les menaces qui nous guettent!), de l'égalité (la société ne l'est pas) ou de la fraternité, qui est le vrai ciment du tout, revient à donner raison non pas aux extrêmes, mais aux totalitaires, et à réduire le choix entre la peste et le choléra. Non, mille fois non à la logique selon laquelle il n'y a qu'amis ou ennemis; non, mille fois non à ceux qui fracturent l'humanité en bons (nous) et méchants (les autres). L'avenir de l'homme, ce n'est ni Dieu ni l'ordre; c'est la pensée claire, comme celle de Jaurès: "Ce qui reste vrai, à travers toutes nos misères, à travers toutes les injustices commises ou subies, c'est qu'il faut faire un large crédit à la nature humaine. Cette confiance n'est ni sotte, ni aveugle, ni frivole. Elle n'ignore pas les vices, les crimes, les erreurs, les préjugés, les égoïsmes de tout ordre, égoïsme des individus, égoïsme des castes, égoïsme des partis, égoïsme des classes, qui appesantissent la marche de l'homme, et absorbent souvent le cours du fleuve en un tourbillon trouble et sanglant. Elle sait que les forces bonnes, les forces de sagesse, de lumière, de justice, ne peuvent se passer du secours du temps, et que la nuit de la servitude et de l'ignorance n'est pas dissipée par une illumination soudaine et totale, mais atténuée seulement par une lente série d'aurores incertaines."

 

 

AddThis Social Bookmark Button
 

Pourquoi faire un don?

Infolettre

Amis du Monde Diplo.

A lire

left direction
Ils ont voté le Brexit !
var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : 'facebook,twi...
Le monde bouge. Nous aussi.
Pour un site qui se veut le chantre d'un monde plus libre, plus Ă©gal et plus fraternel, l...
France et Belgique sous l'orage et la grève
Pour des raisons familiales, j'ai dĂ» faire un saut de Bruxelles Ă  Montpellier. DĂ©part m...
Que se passe-t-il dans les prisons...?
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Paul Trigalet, le chevalier des précaires
Bernard Ide publie la biographie du prêtre-ouvrier carolo, militant du logement, qui s’...
Le « mur de l’eau »
Nous avons été inondés, voire même submergés par trop d’eau. Et pourtant, ces désa...
Kant Ă  l'info...
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
La convalescence du commissaire...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Complètement noyé
L'actualité, finalement, c'est comme une crue : on la voit arriver, on constate les dég...
Laconismes
Devenez lanceur d’alerte sans diplôme Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Un archéolog...
D’Est en Ouest : Café Society
Cinéma Lucie Van de Walle Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Alle...
Piano & vélo
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Malte, refuge ou impasse ?
Sur une île minuscule et belle, des demandeurs d’asile somaliens rêvent d’une Europe...
Laconismes
La vérité ? Ça doit sortir sous peu. Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Ô temps, ô m...
Roger Job et Frédéric Loore au Musée de la Photo
Avec les deux reporters qui ont accompagné les flics des stups de Charleroi pendant cinq ...
Rompez
Anne-Catherine Van Santen var addthis_config = {username : 'entreleslignes', servi...
Scène de rue à Bruxelles...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Acte 3, fin
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 2
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 1
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
right direction

Nous parrainons

Bruxelles Bondy Blog

Pour.Press

POUR

Sondage

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde est une phrase
 

Photos, au hasard ...

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter
You are here: Accueil Toutes les publications Jean Rebuffat - Emois et moi Le danger, c'est casser nos sociétés

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt