Entre Les Lignes

Rouvrez les frontières et fermez les tunnels!

On glose beaucoup sur l'improvisation et la navigation à vue qui semblent être de règle en Belgique. Les grands débats sont esquivés... même quand ils se posent. Dans ces conditions, on n'est pas près de voir le bout du tunnel.

Jean Rebuffat

Ainsi donc, les tunnels routiers bruxellois sont dangereux. Mais au fait, dangereux pour qui, pour quoi ?

Pensés pour la plupart dans les années 50, prélude à l'Expo 58, et réalisés en partie avant et jusque dans les années 70, ces tunnels routiers représentent une belle somme d'aberrations. Ils ont détruit des boulevards urbains et des avenues prestigieuses ; ils ont créé le sentiment que la ville était faite pour la bagnole ; ils ont coûté affreusement cher économiquement aussi ; ils sont difficiles à entretenir ; ils n'ont jamais résolu le moindre problème de circulation, au mieux les ayant déplacés ; ils sectionnent des quartiers mieux qu'un fleuve, etc. : la liste de leurs nuisances est tellement longue que j'arrête là l'énumération.

Cette capture d'écran du site d'une ancienne exposition consacrée à Bruxelles dans les années 50 et 60 résume l'erreur (qu'on perpétue).
Cette capture d'écran du site d'une ancienne exposition consacrée à Bruxelles dans les années 50 et 60 résume l'erreur (qu'on perpétue).

Certes certes, m'entends-je répondre, on n'aurait pas dû les construire, mais vu qu'ils sont là, ils constituent un élément indispensable à la mobilité bruxelloise, qui est déjà médiocre.

C'est vrai que les premiers jours après la fermeture du tunnel Stéphanie, la situation a été chaotique. Mais il a suffi d'une seule mesure de bon sens – ne pas autoriser à franchir dans tous les sens la place Louise – pour voir les perturbations diminuer et arrêter de pénaliser les transports publics.

Le problème, à présent, se pose à Montgomery ou à Léopold II (plus de cent ans après sa mort, il pose toujours des problèmes, celui-là). Et à chaque fois on oublie de faire un constat d'évidence : en canalisant mieux le trafic automobile, c'est-à-dire en lui laissant moins de place, si on le ralentit apparemment, on le fluidifie parce qu'il avance lentement mais régulièrement.

Prenons l'exemple du boulevard du Souverain : jadis autoroute urbaine à deux fois trois ou quatre bandes, c'est redevenu un boulevard à deux fois une bande (bien large), avec de la place pour les cyclistes, les piétons et les trams. Où sont restés les bouchons prédits ?

Bref, nous sommes dans un paradoxe vicieux : croire que l'on va faire circuler mieux en ville en créant tunnels, viaducs et autoroutes urbaines est un leurre. Dès lors, pourquoi ne pas généraliser ce qu'on a décidé du viaduc Reyers, à savoir l'abattre ? Pourquoi ne pas fermer sinon tous les tunnels du moins à peu près tous et repenser la ville autrement ? Pas en une fois et pas n'importe comment, naturellement. Or que fait-on ? On part du principe qu'il faut les réparer – une fortune – et mieux les entretenir – une seconde fortune.

Pendant ce temps-là, le RER est en rade et a quinze ans de retard. On peut rêver, naturellement, ce ce que serait Bruxelles aujourd'hui si on avait, dans les années 50, mis le paquet sur les transports publics et oublié de bruxelliser... Mais on perpétue cet état de fait parce que personne n'ose prétendre qu'en fait, les tunnels, on peut s'en passer.

Des tunnels en ville, c'est utile, oui : pour le métro, pour le train. D'ailleurs ces tunnels-là sont en général mieux surveillés et mieux entretenus que les autres...

Au lieu de quoi on agit avec les tunnels comme avec les centrales nucléaires : on les prolonge au delà du raisonnable. Les vieux réflexes idiots gagnent toujours. La décision, stupide et inutile, de mettre une frontière entre la France et la Belgique parce qu'immanquablement, les méchants migrants vont reconstruire leur jungle à Zeebrugge si on la démantèle à Calais, laisse pantois. On a supprimé les frontières pour deux raisons, une noble et une pratique : parce que c'était un bel idéal et parce qu'elles ne servaient à rien.

Exactement comme les tunnels bruxellois.

AddThis Social Bookmark Button
 

Pourquoi faire un don?

Infolettre

Amis du Monde Diplo.

A lire

left direction
Ils ont voté le Brexit !
var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : 'facebook,twi...
Le monde bouge. Nous aussi.
Pour un site qui se veut le chantre d'un monde plus libre, plus Ă©gal et plus fraternel, l...
France et Belgique sous l'orage et la grève
Pour des raisons familiales, j'ai dĂ» faire un saut de Bruxelles Ă  Montpellier. DĂ©part m...
Que se passe-t-il dans les prisons...?
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Paul Trigalet, le chevalier des précaires
Bernard Ide publie la biographie du prêtre-ouvrier carolo, militant du logement, qui s’...
Le « mur de l’eau »
Nous avons été inondés, voire même submergés par trop d’eau. Et pourtant, ces désa...
Kant Ă  l'info...
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
La convalescence du commissaire...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Complètement noyé
L'actualité, finalement, c'est comme une crue : on la voit arriver, on constate les dég...
Laconismes
Devenez lanceur d’alerte sans diplôme Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Un archéolog...
D’Est en Ouest : Café Society
Cinéma Lucie Van de Walle Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Alle...
Piano & vélo
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Malte, refuge ou impasse ?
Sur une île minuscule et belle, des demandeurs d’asile somaliens rêvent d’une Europe...
Laconismes
La vérité ? Ça doit sortir sous peu. Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Ô temps, ô m...
Roger Job et Frédéric Loore au Musée de la Photo
Avec les deux reporters qui ont accompagné les flics des stups de Charleroi pendant cinq ...
Rompez
Anne-Catherine Van Santen var addthis_config = {username : 'entreleslignes', servi...
Scène de rue à Bruxelles...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Acte 3, fin
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 2
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 1
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
right direction

Nous parrainons

Bruxelles Bondy Blog

Pour.Press

POUR

Sondage

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde est une phrase
 

Photos, au hasard ...

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter
You are here: Accueil Toutes les publications Jean Rebuffat - Emois et moi Rouvrez les frontières et fermez les tunnels!

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt