Entre Les Lignes

Ă€ qui la faute?

Encore sous le choc des attentats du 22 mars, la Belgique cherche des explications. Mais le simplisme guette et les boucs Ă©missaires ne manquent pas.

Jean Rebuffat

Quartiers mal gérés, fonctionnaires incompétents, ministres irresponsables, religion mal enseignée, parents démissionnaires, médias réducteurs,... On oublie un détail trop facilement : il y a une part de responsabilité individuelle des auteurs des attentats.

Car quand on a dit misère, ascenseur social bloqué, pas d'avenir, on a perdu de vue quelque chose dont on se gargarise cependant volontiers, en dénonçant les menaces contre nos valeurs : la liberté individuelle. Bien sûr, il y a des causes diffuses et celles que je viens d'énumérer existent. Mais il y a aussi le choix de tomber dans la délinquance ou dans le terrorisme. Ces hommes et ces femmes ne sont pas que des pantins. Nous aimerions les voir comme des monstres absolus, comme de parfaits salauds. Or ce n'est pas aussi simple et les ranger aussi automatiquement dans le clan des psychopathes ne tient pas la route. Des gens normaux peuvent devenir des bourreaux.

Dans le cas des auteurs des attentats de Bruxelles, il y a quelques textes qui peuvent nous faire réfléchir et quelques faits qui méritent un examen un peu différent.

À moins de considérer que le Parquet fédéral belge n'est pas une source fiable, nous savons par exemple qu'Ibrahim El Bakraoui a laissé un texte qui n'a rien de celui d'un fanfaron heureux d'aller labourer soixante-douze vierges au paradis mais d'un homme acculé qui préfère une forme de suicide (immonde, dans le genre Andreas Lubitz) à la perspective de finir sa vie en prison. Nous voyons bien aussi que tout ce monde, antérieurement, est à la limite ou au-delà de la loi : petits ou grands délinquants, traficoteurs ou braqueurs. Les causes violentes, nobles ou non, recrutent volontiers dans ce type de milieu, comme la Résistance française en 39-45.

alt

Capture d'Ă©cran

Ce qui m'a frappé, moi, c'est un texte qui est passé sur Facebook et où un ingénieur civil de l'ULB diplômé en 2014 parlait de sa première année où dans un groupe de travail, il était associé à plusieurs autres étudiants, dont Najim Laachraoui, avec lequel il était somme toute plutôt pote. À la fin de l'année, Laachraoui lui avait dit que Polytechnique, pour lui, ce n'était pas ça et qu'il allait s'orienter vers la médecine (« La médecine, bordel. Sauver des vies. »). Mais le fait est que Najim Laachraoui avait réussi l'examen d'entrée en Polytechnique, qui est difficile et sélectif : l'ascenseur social n'était pas en panne, dans son cas. À dix-huit ans, il envisageait d'être ingénieur civil... Faire passer tous ces gens pour des desperados contraints par les circonstances, c'est penser que ces circonstances – lesquelles certes permettent, font incliner, mais n'obligent pas, ne déterminent pas les destins – supprimeraient tout choix individuel.

Et c'est hélas une tentation des opinions publiques. L'amalgame est vite fait et l'on voit des terroristes partout. Au point qu'on refuse d'accueillir les réfugiés qui fuient exactement ce qu'on nous inflige ici, mais ponctuellement... Ce terrorisme qui a frappé la France et la Belgique était pourtant celui de l'intérieur : leurs acteurs sont nés en Europe ou y ont vécu presque toute leur vie.

Alors comment ne pas partager le désarroi du jeune ingénieur ? « Je ne sais pas quoi penser, je suis juste bouleversé. C'est débile, c'était pas un tueur, ce type. Et il n'était pas débile. Qu'est-ce qu'il s'est passé dans sa vie ? Je ne dis pas qu'il faut l'excuser ou que sais-je, mais quoi, n'importe qui peut finir par faire n'importe quoi ? Je ne comprends pas... » Mais aussi comment ne pas lui répondre que chaque homme a une conscience et que fort heureusement, c'est précisément ce qui empêche généralement n'importe qui de faire n'importe quoi. Amin Maalouf, lui, pense qu'il est très dangereux de voir la religion, quelle qu'elle soit, se substituer à la morale. Il a raison. La religion ou tout système totalitaire, d'ailleurs, voire même tout système transcendant. Quand il y a un souffleur à la voix de sa conscience, le drame peut survenir.

 

AddThis Social Bookmark Button
 

Pourquoi faire un don?

Infolettre

Amis du Monde Diplo.

A lire

left direction
Ils ont voté le Brexit !
var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : 'facebook,twi...
Le monde bouge. Nous aussi.
Pour un site qui se veut le chantre d'un monde plus libre, plus Ă©gal et plus fraternel, l...
France et Belgique sous l'orage et la grève
Pour des raisons familiales, j'ai dĂ» faire un saut de Bruxelles Ă  Montpellier. DĂ©part m...
Que se passe-t-il dans les prisons...?
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Paul Trigalet, le chevalier des précaires
Bernard Ide publie la biographie du prêtre-ouvrier carolo, militant du logement, qui s’...
Le « mur de l’eau »
Nous avons été inondés, voire même submergés par trop d’eau. Et pourtant, ces désa...
Kant Ă  l'info...
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
La convalescence du commissaire...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Complètement noyé
L'actualité, finalement, c'est comme une crue : on la voit arriver, on constate les dég...
Laconismes
Devenez lanceur d’alerte sans diplôme Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Un archéolog...
D’Est en Ouest : Café Society
Cinéma Lucie Van de Walle Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Alle...
Piano & vélo
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Malte, refuge ou impasse ?
Sur une île minuscule et belle, des demandeurs d’asile somaliens rêvent d’une Europe...
Laconismes
La vérité ? Ça doit sortir sous peu. Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Ô temps, ô m...
Roger Job et Frédéric Loore au Musée de la Photo
Avec les deux reporters qui ont accompagné les flics des stups de Charleroi pendant cinq ...
Rompez
Anne-Catherine Van Santen var addthis_config = {username : 'entreleslignes', servi...
Scène de rue à Bruxelles...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Acte 3, fin
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 2
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 1
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
right direction

Nous parrainons

Bruxelles Bondy Blog

Pour.Press

POUR

Sondage

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde est une phrase
 

Photos, au hasard ...

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt