Entre Les Lignes

D’Est en Ouest : Café Society

Cinéma

Lucie Van de Walle

Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Allen, ouvrait le Festival de Cannes et se trouve à présent dans les salles pour la plus grande joie des admirateurs du réalisateur new-yorkais.

Et c’est en seigneur du cinéma que Woody Allen décline des thèmes qui lui sont chers dans une sorte de conte romantique imprégné d’interrogations métaphysiques dont il a la clef.

 “Café Society” de Woody Allen

 A présent octogénaire, c’est avec une touchante fraicheur que Woody Allen s’empare de la valse hésitation des coeurs, des dépits amoureux, des fluctuations de la réussite – ou non- des ambitions de carrière. Le tout pimenté des ingrédients bien connus, mais toujours piquants, puisés dans la famille juive du héros du film, appelé Bobby Dorfman (Jesse Eisenberg), avatar de Woody Allen. Ancré dans les années 30, le scénario nous balade de la Côte Est vers la Côte Ouest et vice versa. La fascination pour Hollywood, ses stars, le glamour, est rejetée en faveur de New York, où le héros abandonnera sa vie rêvée en compagnie de Vonnie (Kristen Stewart) pour un prospère plan B proposé par un frère gangster, le fameux “Café Society”, lieu raffiné où évolue un microcosme frivole et mondain. Couleurs chaudes, décors hypersoignés, mise en scène brillante, irréprochable, fluidité des plans, maestria des acteurs – notamment Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Blake Lively ou Steve Carrel - nous guident dans un film au style, au toucher et au spleen imparables. Du pur plaisir.

AddThis Social Bookmark Button
 

Infolettre

A lire

Nous parrainons

Pour.Press

Sondage

Photos, au hasard ...

Menu général

Contenu

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter
You are here:

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt