Entre Les Lignes

Jean-Claude Vanden Eynden, fidèle à Mont-sur-Marchienne

En 1966, jeune lauréat du Concours Reine Elizabeth, le pianiste donnait le récital inaugural des Soirées musicales locales.Un demi-siècle plus loin, il répond toujours à l’appel de la belle équipe de mélomanes bénévoles qui a organisé plus de 240 concerts en un demi-siècle. Roland Guillaume raconte...

Marcel Leroy

Ce samedi 16 avril 2016, à 20 heures, quand il posera les mains sur le clavier du piano, à l’entame du concert des cinquante ans des Soirées musicales de Mont-sur-Marchienne,

 

Jean-Claude Vanden Eynden, fidèle à sa passion Photo © DR
Jean-Claude Vanden Eynden, fidèle à sa passion
Photo © DR

Jean-Claude Vanden Eynden se sentira chez lui. Et il reverra bien des souvenirs car, le 26 mars 1966, jeune lauréat du Concours Reine Elizabeth 1964, il joua de toute son âme pour le récital inaugural de l’association fondée par un professeur de musique de l’Athénée de Charleroi, Louis Van Schoor, par ailleurs directeur de l’académie locale.

Quelque part dans la salle du Centre culturel de Mont-sur-Marchienne, un autre personnage de cette histoire se sentira particulièrement concerné. Roland Guillaume, qui enseigna le latin à l’Athénée Royal de Charleroi, tient la caisse et assure les entrées des concerts depuis des dizaines d’années. Il aura accompagné le demi-siècle des Soirées musicales avec la ferveur d’un mélomane passionné de boxe, de cyclisme, de littérature, d’histoire et de voyages. Une ouverture d’esprit appréciée de tous ses élèves. Quant à Janine, son épouse, elle aura distribué, comme toujours, les programmes pour un public de passionnés...

Dans sa maison de Mont-sur-Marchienne, M. Guillaume, archiviste de talent, a conservé les programmes égrenant les quelque 240 concerts donnés par deux cents artistes et septante-cinq ensembles, au fil de cinquante saisons orchestrées par des bénévoles. Plus de trente lauréats du Reine Elizabeth auront découvert Mont-sur-Marchienne et son sens de l’accueil, son public fidèle et vibrant.

Dans l’assistance, certains se référeront peut-être à cette déclaration du grand chanteur d’opéra José Van Dam. De Jean-Claude Vanden Eynden, il a dit ceci: “Depuis son plus jeune âge, Jean-Claude est un artiste dont nous sommes fiers. Pianiste soliste extraordinaire, il est aussi un accompagnateur hors du commun et les récitals que nous avons fait ensemble furent de réels moments de bonheur musical. J’aime sa façon de mener sa carrière, sans forfanterie, mais avec cette humilité qui est la marque des plus grands”.

Roland Guillaume et son épouse, Janine, deux bénévoles qui n’ont jamais abandonné les Soirées musicales. Photo © Olivier Dewandre
Roland Guillaume et son épouse, Janine, deux bénévoles qui n’ont jamais abandonné les Soirées musicales.
Photo © Olivier Dewandre

Le professeur Guillaume aurait pu tenir de pareils propos. Lui qui s’est engagé dans l’aventure des soirées de Mont-sur-Marchienne par solidarité avec son collègue Van Schoor et peut-être parce que son père, instituteur, jouait du violon et connaissait des tas de chansons.

Des concerts qui jalonnent ce demi-siècle, il se souvient de presque tous et aussi des membres de la belle équipe qui a permis à l’association de tenir le cap. C’est en 1965, à l’initiative de M. Van Schoor, qu’un tout premier concert “expérimental” fut organisé en janvier 1965...

“Le succès fut tel qu’il a conduit au lancement de l’association” explique M. Guillaume.

Parmi les grands noms qui sont passés par Mont-sur-Marchienne figurent Pierre-Alain Volondat, l’extra-terrestre. “Il a fallu ajouter des chaises”. Le violoniste Arthur Grumiaux était un ami des Soirées. Peu avant son décès, il enchanta encore son public. C’était en février 1986. Lola Bobesco était une amie de l’association comme le devinrent tant de musiciens dont les noms se bousculent, pêle-mêle, écrivant une page d’histoire de la musique de notre époque.

Roland Guillaume minimise son rôle, parle d’équipe – en grand amateur de sport qu’il est...-, insiste sur le rôle-moteur de certains, dans le sillage de Louis Van Schoor. Les plus grands noms viennent à Mont-sur-Marchienne pour des raisons humaines, avant tout.

Franck Braley, le directeur musical de l’Orchestre de Chambre de Wallonie, fait partie de ces compagnons de route, comme le furent Arthur Grumiaux ou Lola Bobesco. Quand les musiciens les plus respectés ouvrent leur carnet d’adresses, le champ s’élargit, et le public carolo en profite. Elio Paolini, épaulé par Georges Lefèbvre et un groupe soudé, préside ces Soirées. Tous bénévoles, ils donnent du temps et de la bonne volonté pour garder la cadence de cinq concerts par saison. Convaincre aussi le public qui doit se renouveler, alors que la société a beaucoup évolué depuis 1966. Faire sortir les gens de chez eux n’est pas si simple, même pour écouter de grands artistes. Ce combat, il importe de le poursuivre.

En écoutant Jean-Claude Vanden Eynden, il faudra y penser. La culture et l’éducation permettent de lutter contre la barbarie, la violence et la musique est un langage universel. On en a bien besoin, aujourd’hui.


D'autres infos: http://www.soireesmusicalesmsm.be/

AddThis Social Bookmark Button
 

Pourquoi faire un don?

Infolettre

Amis du Monde Diplo.

A lire

left direction
Ils ont voté le Brexit !
var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : 'facebook,twi...
Le monde bouge. Nous aussi.
Pour un site qui se veut le chantre d'un monde plus libre, plus Ă©gal et plus fraternel, l...
France et Belgique sous l'orage et la grève
Pour des raisons familiales, j'ai dĂ» faire un saut de Bruxelles Ă  Montpellier. DĂ©part m...
Que se passe-t-il dans les prisons...?
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Paul Trigalet, le chevalier des précaires
Bernard Ide publie la biographie du prêtre-ouvrier carolo, militant du logement, qui s’...
Le « mur de l’eau »
Nous avons été inondés, voire même submergés par trop d’eau. Et pourtant, ces désa...
Kant Ă  l'info...
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
La convalescence du commissaire...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Complètement noyé
L'actualité, finalement, c'est comme une crue : on la voit arriver, on constate les dég...
Laconismes
Devenez lanceur d’alerte sans diplôme Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Un archéolog...
D’Est en Ouest : Café Society
Cinéma Lucie Van de Walle Le 11 mai dernier, le film “Café Society” de Woody Alle...
Piano & vélo
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Malte, refuge ou impasse ?
Sur une île minuscule et belle, des demandeurs d’asile somaliens rêvent d’une Europe...
Laconismes
La vérité ? Ça doit sortir sous peu. Roger Avau ÉLOGE DE LA MÉMOIRE Ô temps, ô m...
Roger Job et Frédéric Loore au Musée de la Photo
Avec les deux reporters qui ont accompagné les flics des stups de Charleroi pendant cinq ...
Rompez
Anne-Catherine Van Santen var addthis_config = {username : 'entreleslignes', servi...
Scène de rue à Bruxelles...
Jean-Claude Salemi var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compa...
Acte 3, fin
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 2
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
Acte 1
Jorge Copuse var addthis_config = {username : 'entreleslignes', services_compact : '...
right direction

Nous parrainons

Bruxelles Bondy Blog

Pour.Press

POUR

Sondage

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde est une phrase
 

Photos, au hasard ...

Je bouge, alors suivez-moi : EntreLignes
Twitter
You are here: Accueil Toutes les publications Marcel Leroy - Négatif 36 Jean-Claude Vanden Eynden, fidèle à Mont-sur-Marchienne

Pour toute information :


Logo Entre les Lignes

QRCode-ELL-Pt